Close

Le TRI dans mon placard et dans mon cerveau : expérience personnelle

Aujourd’hui, parlons du tri et nous assistons également à la réanimation (temporaire?) du blog.

Cette semaine, j’ai décidé de faire un grand tri dans mes habits et dans mes relations. 

Faire le tri, c’est enlever ce qui est obsolète, revaloriser ce qui est encore bon pour moi et laisser de la place pour la nouveauté. 

Qu’est-ce cela implique concrètement? Et bien déjà de prendre une demi-journée entière pour dépouiller mon armoire de TOUS mes habits^^. À ce moment précis, je me suis rendue compte de l’amplitude du travail qui m’attendait.

 

L’entassement de nos vêtements dans notre dressing est à l’image de l’entassement de nos pensées passées dans notre cerveau. Comment puis-je voir ce qui est important pour moi si j’accumule des pensées du passé encore « vivantes » dans mon esprit? Comment puis-je voir et intégrer le positif de l’instant présent si je suis pollué par mes pensées négatives du passé ? Pour faire place à la nouveauté du quotidien, il est donc nécessaire d’enlever ce qui n’a plus sa raison d’être, ce qui ne m’apporte plus le sentiment de bonheur.

Tu comprends le concept? Comment nourrir mon corps si je garde en moi ce que j’ai déjà digéré lors de mon repas précédent ? Si je ne l’évacue pas (oui je parle bien de ce que tu penses), comment ton corps va-t-il pouvoir recevoir de la nourriture toute fraiche et pleine de nouvelles énergies vitales ?

 

Imagine que ton dressing est à l’image de ton cerveau. A quel point est-il encombré? Pour ce faire, tu dois prendre conscience de cette accumulation et donc, sortir tous tes habits de ton armoire et les empiler sur ton lit. Il s’agit ensuite de choisir ce que tu conserves et ce à quoi tu dis « au revoir ». Tu te poses cette question pour chacune de tes pièces : « est-ce que CE vêtement me procure de la joie? » Oui ? Tu le gardes, non ou bof tu t’en sépares. //La technique #MarieKondo//

Story Instagram Coachmymind_by_aude, pour me suivre, clique ici

 

Ce sentiment de joie doit être intérieur. Pour comprendre cette émotion, prends un habit que tu adores et observe comment tu te sens, prends un habit que tu n’aimes vraiment plus et observe à nouveau ce que tu ressens. Tu connais maintenant la différence et cela sera ton curseur pour savoir si tu aimes ce que tu tiens dans les mains ou non. Il peut également naître un sentiment « mitigé », tu peux dédier un « tas » pour ces « ni oui ni non » / »je ne sais pas ».

Dimanche dernier, j’ai effectué plusieurs tas: un tas « non j’en suis sure, je m’en sépare», un tas « je ne sais pas », un tas « oui je l’aime » et également un autre tas facultatif spécial mariage pour mon cas.

Dans un premier temps, j’ai pris en charge le tas « oui je l’aime ». J’ai séparé ce qui n’est pas de saison pour le ranger dans des caisses transparentes. J’ai remis les affaires de saison dans mon dressing. Ce dernier était visiblement bien rempli mais vraiment plus aéré (volume réduit de 50% à peu près). J’avais la nette impression que j’avais tout le nécessaire pour m’habiller pour les jours à venir et je commençais déjà à ressentir que les affaires « je ne sais pas » ne feraient pas long feu car je me sentais déjà bien « munies » de mes affaires actuelles que j’aime. 

Pour consolider cet état d’esprit, j’ai pris conscience que, ce qui me retenait à garder certaines pièces du tas « je ne sais pas », était cette croyance « je vais peut être le remettre ». Puis, j’ai encore réfléchi et le suis avoué que j’avais du mal à lâcher ces affaires dans lesquelles j’avais INVESTI de l’argent. Réfléchissons un peu, nous nous plaignons que la pauvreté est en recrudescence dans la rue, nous ne sommes pas à plaindre, j’ai de quoi me vêtir dans mon dressing avec des choses que j’aime! D’après les concepts ancestraux spirituels, ce qui m’appartient, t’appartient. Je suis alors heureuse aujourd’hui de donner à ces personnes dans le besoin. J’investis dans mon bonheur avec mon coeur. Deux pièces ont échappé à la règle : une robe d’été  et une longue jupe que j’avais oubliées et que j’ai décidé de ressusciter (car je les aime vraiment avec mon coeur). Si je ne les porte pas d’ici 3 mois –> direction Vinted ou Associations (secours catholique, secours populaire, restos du coeur, la croix rouge…)

Je choisis également de tester la solution #Vinted pour quelques pièces de marque. (encore à voir..)

En toute transparence, mes 3 sacs d’habits des 2 amas « non je m’en sépare » et « je ne sais pas » sont encore chez moi… ahah surement mon mental qui me fait encore des siennes ! C’est décidé, je vais chez OXFAM cette semaine car mes habits sont clairement en bon état. Cet organisme vend ce qu’ils jugent bons de vendre et donne aux #secourspopulaires pour les autres pièces. Je me sens bien, je me suis reconnectée à mes affaires que j’aime et aussi à mes affaires que je n’aime plus en les savant porter par des personnes qui les apprécieront, et j’ai même déshabillé ma croyance « je n’ai jamais rien à me mettre »… Quand je lis cette dernière phrase, je me sens même ridicule d’oser penser ce genre de chose quand je repense à l’immensité de mon tas initial. En parallèle, j’ai enlevé tout ce que je n’utilise pas hors habits –> planches que je pensais transformer pour faire une table (et cela fait 3 mois qu’elles attendent dans mon bureau), ou vieilles peintures –> pour le déchèterie ! Cela fait tellement de bien ! 

Je me sens le cerveau rangé, délesté de ce qui n’a plus raison d’être. Maintenant ma tête est bien plus claire pour trier ma vie en générale, et notamment mes relations…

… la suite dans l’article suivant dans quelques jours.

Partage ton expérience en commentaire :).

 

Chaleureusement,

 

Aude,

 

#coachingenligne #aideenligne #blogcoaching #coaching #accompagnement #lille #nord #bienêtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *