Close

Comment dompter le cerveau de mon chef ?

Votre supérieur est exigeant, extravagant, manipulateur ou retourne facilement sa veste, n’accepte pas les changements ou simplement vos idées ?

Afin d’apprivoiser ces espèces en voie de multiplication, nous vous proposons de regarder du côté de leur cerveau avec quelques stratégies d’adaptation. Ces derniers regorgent peut être d’une multitude de défauts insupportables à vos yeux, cependant ils peuvent posséder un grand nombre de qualités si nous les observons autrement !

Dans un premier temps, faisons un petit point sur un pilier des neurosciences : la théorie du cerveau triunique de Paul MacLean (1969). Même si ce paradigme est largement reconsidéré, son système est particulièrement applicable aux différents types de personnalités et permet de comprendre un certain nombre de comportement.

Triunique, car le cerveau est neuroanatomiquement séparables en 3 zones: le cerveau reptilien, le cerveau limbique et le cerveau néocortical. Nous allons directement expliquer ces trois composantes en prenant exemple sur les 3 grands types de dirigeants que cette analyse génère.

Le dirigeant dit « reptilien », est un dirigeant qui aime la routine, qui sera toujours bien à l’heure et qui vous exigera d’être extrêmement ponctuel (pas le droit d’être trop en avance ou en retard). L’entreprise ou l’équipe associée à ce type de gérant, sera dotée de grandes valeurs fiables, primes parmi elles la fidélité envers son personnel et l’authenticité. A titre d’exemple, cela concerne beaucoup d’entreprise familiale. Les activités seront principalement liées à la reproduction, c’est-à-dire, à des tâches répétitives standardisées. Souvent sous prétexte que nous ne devons pas dérogés à la tradition ou à ce que nous a pu apprendre, ce qui a déjà marché, marchera toujours.

Les travers : il refuse le changement, refuse souvent de s’adapter aux nouvelles technologies. Il est rapidement perturbé par des situations inhabituelles et agit sous le stress par la lutte, la fuite ou l’inhibition. Il peut être agressif s’il est sorti de sa zone de confort, évite les épreuves et la nouveauté. Il a tendance à être hermétique à vos idées et aux formations (hormis celle qui existe depuis la genèse de son entreprise).

Les points forts : il est particulièrement fidèle à son personnel, stable et authentique. Les mauvaises surprises sont rares, ce qui est fondamentalement très rassurant pour le personnel. Il est prévisible, et respecte toutes les règles. Son entreprise est à son image : bien segmentée et cadré.

Comment les dompter : 

  • Veillez à respecter les horaires. Faites des efforts pour arriver systématiquement à l’heure pour la réunion d’équipe etc…
  • Veillez à être organisé quand il s’agit de rentrer en contact avec lui, dès que vous lui présentez un projet, des résultats, un compte rendu…
  • Quand vous communiquez avec lui, soyez concret et direct dans vos propos. Donnez dès que possible des exemples et des statistiques.
  • Donnez vos propres résultats sur papier ou sur ordinateur/tablette. Rassemblez et classez clairement. Par exemple, explicitez vos résultats à l’aide de graphiques ou de tableaux, pour soulager ses angoisses liées au manque d’imagination. Il appréciera tout particulièrement et son humeur sera bien plus agréable que d’habitude.
  • Pour annoncer une difficulté ou un imprévu, veillez à ne pas vous engouffrer pas dans son bureau sans avoir réfléchi aux conséquences et aux solutions concrètement réalisables s vous êtes du genre spontané et impulsif.
  • N’hésitez pas à demander à vous former car le dirigeant reptilien attache peu d’importance à l’apprentissage continu. Pour avoir son approbation, prouvez que cet investissement donnera par la suite des résultats de plus grande ampleur et rassurez le en montrant que vous gardez dans tous les cas les valeurs de l’entreprise en premier plan.

Le dirigeant dit limbique, est accès sur son image. Il a besoin d’être aimé, d’être reconnu. Son besoin de récompense peut passer par une attitude particulièrement affective et proche de son personnel, ce qui le caractérise par une empathie manifeste. Cela aura un impact sur l’état d’esprit véhiculé dans son entreprise, en désirant être le meilleur et donc en étant compétitif puisqu’il se comparera sans cesse aux concurrents. Son entreprise saura et aimera s’adapter aux événements nouveaux. Des règles sont souvent établies pour que les liens entre le personnel circulent bien.

Les travers : il peut être manipulateur et hypocrite pour être apprécié de tout le monde, facilement ébranlable par les critiques, source d’anxiété cognitive. Dans l’excès, il cherchera des réponses extrinsèques plutôt que faire de l’introspection. L’investissement personnel du dirigeant dans la sphère professionnelle peut perturber la dynamique de travail en étant trop envahissant.

Les points forts : flexible et réagit bien aux nouvelles épreuves, à l’écoute, entreprise centrée sur le relationnel et privilégie la qualité du travail à la quantité. Les conditions de travail sont souvent bonnes. Il privilégie la qualité à la quantité de résultats.

Comment les dompter :

  • Quand vous souhaitez annoncer une problématique, veillez à le rassurer avec des propos à tendance affective: «malgré ce problème, je suis confiant à propos de… », «ne vous inquiétez pas, nous allons prendre les choses en mains… » .
  • Investissez-vous un minimum aux rassemblements divertissants proposés par l’entreprise sans pour autant mélanger la sphère privée et personnelle. Trouvez le juste milieu.
  • Mettez en avant l’impact qualitatif de votre travail, plutôt que misez sur la quantité.
  • Protégez vous de la « machine à reproches » que peut susciter ce type de comportement limbique, n’engagez qu’aucun jugement (ne jamais juger dans tous les cas, cependant prêtez une attention particulière dans ce cas de figure car les conséquences seront plus importantes face à un dirigeant limbique).
  • Vous êtes timide, faites des efforts de sociabilité sans vous brusquez pour autant, des petites stratégies peuvent s’avérer impactant et vous permettront d‘avoir votre place dans ce type d’entreprise. (Par exemple : commencez par des discussions en one to one en proposant un café à la pause, cela vous mettra en confiance).
  • Acceptez les changements demandés, même si cela vous parait difficile à première vue. Posez-vous une heure et réfléchissez aux avantages de ce revirement de situation au lieu d’énumérer les points négatifs qui ne vous avanceront à rien.

 

Le dirigeant dit néocortical, est un grand visionnaire. A son plein potentiel, il aura une intuition très développée et, recherchera souvent à cultiver l’entreprise et donner accès à des formations pour améliorer sans cesse les performances de son entreprise. Il peut être par moment dominé par un sentiment de manque de sécurité (coté reptilien), ce qui aura un impact direct sur sa capacité à innover et à créer de nouveaux projets. L’entreprise aura le reflet du mental du dirigeant et proposera des outils d’innovations. S’il est contraint à reproduire des tâches, il n’ennuiera rapidement et aura le sentiment d’être inutile. Les résultats sont secondaires, le plus important étant l’avancement des connaissances et l’enrichissement intellectuel.

Les travers : Il oublie parfois les besoins de sécurité de ses employés, ne prend pas toujours le temps d’expliquer l’intérêt de ses projets, ce qui perd à la cohérence du groupe au sein de l’entreprise. Ses décisions sont parfois incomprises et paraissent démesurer.

Les points forts : Il sait bien anticiper. Il a une bonne vision du futur de l’entreprise et a un certain nombre de cartes à abattre pour réussir en se détachant facilement des échecs éventuellement vécus. Recherche la nouveauté et l’apprentissage. Il désire être différent et innovant à tout point de vue, ce qui permet d’être dans une entreprise très performante.

Comment les dompter :

  • Partagez sa vision en demandant des explications sur les nouvelles règles, les nouvelles recommandations ou les nouveaux projets. Nous vous encourageons à le faire car vous allez bien comprendre l’intérêt de ses décisions. Il se sentira compris et vous aussi, cela mettra un sens à votre travail.
  • Vous souhaitez faire part de mécontentements liés ou non au travail, allez le voir en mettant de côté vos revendications colériques. Dans un premier temps, vous pouvez envoyer un email en expliquant la problématique CALMEMENT et en mettant en avant l’intérêt de prendre en considération ce problème. Mettez du sens dans vos dires plutôt que de revendiquer et donner que les points négatifs. Pour faire, nous vous incitons à analyser votre situation à l’aide de la technique QQOQCCP (Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi) avant de vous présenter devant votre chef.
  • Recherchez l’étonnement dans l’œil de votre supérieur, il adore cela alors osez. Vous n’êtes pas particulièrement une personne créative et avez des difficultés à chercher la nouveauté. Cela se travaille grâce à des exercices tels que la visualisation créatrice. Commencez par des challenges personnels qui vous boosteront tels que changer votre habitude de la pause du midi pour vous oxygéner le cerveau, cela vaut le coup d’essayer. Changez de look de temps à autre, vous vous sentirez dans la peau d’une nouvelle personne. De plus, il remarquera ces petits détails.
  • Votre rôle dans l’entreprise n’est en aucun cas relatif à la création/créativité : pour faciliter les échanges avec votre chef, acceptez l’idée de réaliser d’éventuelles évolutions demandées dans votre travail et demandez-lui en quoi vous devez concrètement changer vos habitudes. Prenez du temps à la réflexion de ces changements et mettez en valeur les points positifs.

La meilleure des techniques est d’imaginer d’être à sa place… Ne pas penser qu’à soi et inviter l’autre à comprendre les besoins de chacun.

Retrouvez le reflet de la dominance de l’un des cerveaux du dirigeant sur le type d’entreprise/d’unité que cela va générer (figure triangulaire).

3cerv-dirig